Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Nos 10 villages / Athis
Actions sur le document

Athis

Petit village d’une superficie de 263 hectares, dont les mentions les plus anciennes dateraient de 1018, 1185 : Astices.

La Seigneurie d’Athis, à son origine, a appartenu à une famille qui portait son nom ; ensuite elle passa aux familles d’Aubricourt, de Luxembourg, d’Enghien, de Saint-Pol, de Bourgogne, de Clèves, de Hénin-Liétard, de Boussu, de Roisin, de Beusignies, Deletenre, de Reding, jusqu’à la révolution.

Etendu à la perpendiculaire de la route reliant Dour à Bavay, ce village de quelque 600 habitants invite volontiers à la promenade tranquille. En partant de la rue de la Courbette, au lieu-dit " Le pied de vache " - point culminant (125 mètres) des Honnelles – on suivra le Petit Coron (fermes et chapelles domestiques) pour ensuite gagner, par la rue des Ecoles où une fresque enfantine célèbre Magritte, l’église Saint-Ursmer, petit joyau du XVème siècle au centre d’un écrin de verdure.
 

DSC 0020
Eglise Saint-Ursmer

A propos de l’église paroissiale Saint-Ursmer, nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’un édifice gothique remanié qui comporte une tour occidentale romane avec remploi de moellons de grès équarris au début du XIIIème siècle.

Une triple nef de trois travées sur colonnes à base octogonale et chapiteaux hennuyers du XVIème siècle. Le chœur, également du XVIème siècle, est construit en pierres appareillées dont la voûte à compartiments nervés en chêne est soutenu par des semelles de poutre en bois sculpté représentant des personnages : un rabbin, un prophète, un roi, Saint-Pierre, Saint-Jean l’évangéliste et un bouffon.

Une église aux styles divers, marquée par les étapes de ses reconstructions à travers les âges, mais un modèle de rénovation contemporaine. L’église contient des pierres sépulcrales d’Athis du XVIIème siècle.

Si le charme de l’église paraît évident, deux autres richesses touristiques du village sont, hélas négligées !

A l’entrée de la rue du Grand Coron, en allant vers le bois de Rampemont, les murs hexagonaux de l’ancienne chapelle de la seigneurie du Ploych (XVème ou XVIème) menacent de ruines à votre droite … et au bout de la même rue, à gauche, la cascade du Ventaire joue les Arlésiennes : on l’entend, mais on ne la voit jamais !

En effet, intégrée naguère dans le circuit d’une promenade et surplombée par un pont, cette superbe cascade est aujourd’hui entourée de propriétés privées, et donc non seulement inaccessible, mais encore carrément invisible …


Promenade dans Athis :

 

Circuit du vivier

La topographie du vivier

Athis