Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Nos 10 villages / Marchipont
Actions sur le document

Marchipont

Etymologiquement parlant, selon l’historien Paul François, on remarque d’abord le suffixe " pont " qui veut dire que le village a occupé une situation stratégique, sans doute sur " le grand chemin " qui reliait Mons à Valenciennes. Ce pont a été détruit par les Français au moment de la bataille de Malplaquet en septembre 1709.

Mais dans Marchipont, on trouve aussi le suffixe " marche ". Ce serait donc le pont de la marche, non pas le sport, mais la limite d’un pays. Cette " marche " serait une des quatre créée par l’Empereur Othon 1er pour défendre l’Empire contre la Flandre (déjà !) du puissant marquis Arnould 1er. Mais pour Paul François, cette origine serait contestable et il penche pour une solution plus " prosaïque " comme " Mauritson-Pontem ", soit le " Pont de Maurice ".

Aujourd’hui, le nom de ce village lilliputien est automatiquement associé à celui du Roseau Vert, qui réalise depuis 1967, un remarquable travail de prise en charge des moins valides.

L’existence de ce bourg est attestée – sous des formes diverses – dans des documents très anciens (XIème siècle), ce qui démontre que petitesse et longévité peuvent tout à fait faire bon ménage.

Terre perdue entre Angre et Quiévrain, suspendue entre France et Belgique, oubliée à l’extrême nord-ouest des Honnelles, Marchipont fut même, dès ses origines, le repaire idéal des contrebandiers. Il est vrai que l’entité de Honnelles a, avec la France, une frontière commune longue de plusieurs dizaines de kilomètres. Et cette frontière a été jusqu’il y a peu, le champ clos des affrontements entre douaniers et fraudeurs.

De part et d’autre, les ruses étaient très élaborées et quand rencontre il y avait, elle pouvait se terminer de façon dramatique. Il faut dire que les enjeux n’étaient pas minces ...

Aujourd’hui, les douanes ont été effacées et la fraude n’a plus l’attrait de l’interdit. Certains en viennent maintenant à regretter les douaniers qui assuraient par leur présence constante sur le terrain une excellente surveillance qui sécurisait. Aujourd’hui, les éleveurs déplorent leur absence. Avec eux, il y avait un peu moins de bétail volé. Les voleurs n’ont pour ainsi dire plus à craindre d’embuscade dans un chemin isolé …
 

DSC 0077
La Maison Communale

Mais, fermons cette parenthèse et revenons-en à notre chère localité qu'est celle de Marchipont. Ce village possède quelques particularités intéressantes. On est d’abord frappé par la modestie de l’ancienne Maison communale : deux fenêtres, une porte et une seule pièce ! Il est vrai qu’elle ne devait, à l'époque - avant fusion -, abriter qu’un Bourgmestre, deux Echevins et trois Conseillers communaux.

L’église n’est pas bien grande non plus, mais qu’elle est mignonne avec son accord parfait entre ses toits en ardoises et sa maçonnerie de briques et de pierres. Détruite plusieurs fois au cours des guerres, elle fut reconstruite en 1718 par deux entrepreneurs d’Angre, Antoine Baudour et Pierre Denis. Et puis, comme pour Goegnies-Chaussée, elle a la particularité d’être située en France depuis la rectification de la frontière de 1779. La rivière "l’Aunelle" dont les crues étaient redoutées fut prise comme limite suivant le traité des limites, entre l’impératrice Marie-Thérèse et la France(Bruxelles, le 18 novembre 1779). Du coup, l’église qui se trouve à quelques mètres, dépend du diocèse de Cambrai ! Quatre maisons se situent aussi sur le territoire de la République.

Sur un des murs de l’édifice religieux, les curieux pourront trouver une plaque commémorant un certain Thoma Vital, regretté par tout le village bien qu’il fut … receveur des douanes. La rancune s’efface lorsque la convivialité triomphe.

La dîme de Marchipont appartenait conjointement au Curé et au Chapitre de Cambrai. En 1942, l’église de Marchipont sur le territoire de Rombies (France) depuis 1780 passa de l’Archevêché de Cambrai à l’Evêché de Tournai. Marchipont alors dépendant de la paroisse d’Angre. L’abbé POLLET en était le Chapelain.

L’ancien cimetière entoure toujours l’église où sont inhumés les paroissiens français, tandis qu’un autre cimetière s’étend actuellement sur le territoire belge.


Promenade dans Marchipont :

 

Circuit de Marchipont

La topographie de Marchipont

Marchipont